Audition du général Thierry Burkhard, chef d’état-major de l’armée de terre sur la vision stratégiqu


Mon Général, ces dernières années ont été marquées par des conflits en apparence asymétriques, recourant notamment à des combattants anonymes pourtant appartenant à des armées régulières : je pense en outre à la Crimée et à la Syrie où les soldats retiraient leurs écussons. Cependant, la force Barkhane combat toujours des groupes organisés en guérillas, comment gérez-vous ce type de conflits qui nécessitent un savoir- faire particulier au contact des populations et induit une place grandissante faite au renseignement ?


Mon Général, dans votre vision stratégique pour l’Armée de Terre, vous prévoyez une réserve opérationnelle d’avantage contributive en matière de mission de protection du territoire national. Comment assurerez-vous qu’une telle évolution soit attractive ?


Mon Général, en termes de capacités technologiques et opérationnelles militaires, où en sommes-nous ? Quels écarts selon vous faut-il corriger vis-à-vis de nos ennemis avérés et potentiels, de nos partenaires et alliés ?


Mon Général, le budget du ministère des armées a été porté à 37,5 milliards d’euros pour l’année 2020, soit une hausse de 4,5%. Pouvez-vous chiffrer concrètement le besoin restant à satisfaire en termes de crédits pour assurer à nos forces une capacité opérationnelle réelle et dissuasive ?


Mon Général, vous préconisez la conduite d’un exercice de niveau division préparant à la manœuvre multi-milieux dans le cadre d’un conflit majeur qui permettrait de développer l’interopérabilité interarmées et interalliés dans un scénario de conflit « dur » en environnement très dégradé. De tels exercices permettraient assurément une bonne préparation aux conflits symétriques que vous évoquez également dans votre vision stratégique « Supériorité Opérationnelle 2030 », aussi pouvez-vous évaluer le coût de telles manœuvres ? Les crédits votés affectés à la Défense permettent-ils d’organiser de tels entrainements de sorte qu’ils soient réellement efficaces (occurrences, durées, matériel et personnels mobilisés, évaluations rétrospectives ultérieures et organisation de l’apprentissage induit, etc...) ?


Mon Général, vous proposez une mise à niveau des chars Leclerc via l’intégration de postes radio pour les associer aux technologies et équipements des « bulles scorpion » : existe-t-il d’autres options en termes de coût et de capacités opérationnelles, en remplaçant par exemple ces véhicules par des matériels plus adaptés aux nouvelles évolutions technologiques ? Je pense en particulier aux contre-mesures actives embarquées sur les chars.

Mes actualités récentes
Archives
Les articles par thème
Suivez-moi
  • Facebook - Grey Circle
  • Twitter - Grey Circle
2020 © Joël GUERRIAU, Sénateur de Loire-Atlantique