Zéro déchet – Zéro gaspillage

29/02/2016

Intervention au conseil communautaire du 26 février 2016 sur le projet zéro déchet – zéro gaspillage

 

 

Madame le présidente, mes cher(e)s collègues,

 

Les délibérations relatives au protocole de partenariat entre Nantes et l’ADEME et au projet zéro gaspillage-zéro déchets nous interpellent, notamment sur l’enjeu vital de la lutte contre le gaspillage alimentaire qui doit être pour nous tous une priorité.

 

En effet, les chiffres concernant le fléau du gaspillage alimentaire donnent le vertige :

  • Chaque jour, chaque supermarché jette en moyenne 50 kilos d’invendus qui permettraient de nourrir une centaine de personnes…

  • 3,5 millions de nos concitoyens bénéficient de l’aide alimentaire. Et plus encore souffrent de la faim, puisque 8,5 millions de personnes vivent sous le seuil de pauvreté, quatre millions sont mal-logés et un million de travailleurs précaires gagnent moins de 800 euros par mois…

  • 800 millions de personnes sont victimes de la faim dans le monde

 

Face à ce constat, les parlementaires ont voté à l’unanimité la loi du 11 février 2016 relative à la lutte contre le gaspillage alimentaire.

 

Celle-ci rend obligatoire la signature de conventions entre les surfaces commerciales de plus de 400 mètres carrés et les associations caritatives, sous peine d’une amende de 3 700 euros. La javellisation est interdite.

 

Un autre angle de la lutte contre le gaspillage alimentaire concerne la lutte contre le gaspillage à l’école qui demeure malheureusement un casse-tête. Cette délibération évoque l’accompagnement d’agents de la restauration scolaire et la sensibilisation via le village d’initiatives locales. Nous pensons, Madame la Présidente, qu’il faut être plus ambitieux pour réduire sensiblement le gaspillage dans la restauration scolaire qui parfois dépasse le seuil de 50% des consommables. Nous pourrions par exemple initier une semaine de lutte contre le gaspillage alimentaire dans nos écoles au niveau de Nantes Métropole.

 

Une circulaire de 2011 prévoit la diversification alimentaire mais l’éducation au goût prend du temps et créé du gaspillage. Bien sûr il faut dialoguer avec les enfants et les sensibiliser. Nombreuses sont les collectivités locales qui le font sans pour autant réussir à éradiquer ce problème de gaspillage.

 

Je conclurai en me permettant de vous signaler la tenue d’une conférence à la faculté de droit de Nantes sur ce sujet qui nous tient tous très à cœur le 7 mars. Elle rassemblera des intervenants passionnés et de grande qualité, dont Arash DERAMBARSH qui est à l’origine du texte de loi avec sa pétition contre le gaspillage qui a su mobiliser plus de 750 000 signatures et qui a été soutenue par la Croix-Rouge.

Please reload

Mes actualités récentes
Please reload

Archives