Conseil communautaire du 29 juin 2015

30/06/2015

je suis intervenu hier, à Nantes Métropole, dans le cadre du contrat de plan État-Région et de la convention avec l’université de Nantes.

 

Contrat de plan État-Région (CPER) 2015-2020

 

L’État met cruellement les Pays de la Loire à la diète comme en témoignent les chiffres du CPER…

 

On constate des écarts considérables entre les Régions dans les dotations par habitant :

 

  • Pour les Pays-de-la-Loire : 112 euros/habitant. Cela classe notre CPER au 22e rang… Le tout dernier rang !

  • La Région Poitou-Charentes se classe en tête des dotations par habitant avec 282 euros/ habitant !

 

Alors, oui, notre Métropole et notre Région, comme l’indique la délibération, vont avoir à affronter « des mutations extrêmement rapides et d’une ampleur inédite tant sur le plan démographique que sur les plans économique, social et environnemental ».

 

Eu égard à la 22e place sur 22 qu’occupe notre CPER, nous avons de quoi nous inquiéter et nous poser des questions… Que s’est t-il passé pour que notre Région se retrouve si mal dotée ?

 

Faut-il en déduire que certains argumentent mieux que d’autres ou bien qu’ils sont mieux placés que d’autres, ou encore qu’ils ont un projet plus ambitieux pour leur Région… Le fait est que la Région Poitou-Charentes se classe en tête et les Pays de la Loire se retrouvent derniers alors que nos populations augmentent davantage ; ce qui implique des charges plus lourdes d’investissement public et en particulier en infrastructure de transport en commun.

 

Au moment ou la loi NOTRe donne aux Régions la compétence économique dans un cadre de compétitivité européenne permettez nous d’être inquiets de cette situation.

 

M. VALLS avait, en octobre dernier, tenté de calmer les inquiétudes suscitées par la faiblesse des crédits attribués à notre Région. On mesure à présent très bien à quel point revaloriser l’aide accordée aux Pays de la Loire à travers les CPER lui a tenu à cœur ! On pourrait même en arriver à se dire que l’attelage Nantes Métropole – Région ne tient pas vraiment la route… et n’a pas su faire le lobbying nécessaire de manière efficace auprès de l’État.

 

Alors, nous voterons cette délibération car tous les crédits pour aider notre Métropole sont évidemment les bienvenus mais quelle déception de voir que nos intérêts n’ont pas été mieux défendus !

 

CPER 2015/2020 – Volet enseignement supérieur – recherche (ESR)

 

Nantes Métropole, partenaire du CPER, est présente à hauteur de 25 millions d’euros sur le volet enseignement supérieur – recherche pour les 6 prochaines années.

 

Il est à noter que ce champ d’application lors du précédent CPER 2007/2013 correspondait à un engagement global initial de 29 Millions d’ euros.

 

On remarque donc une baisse d’environ 4 M € par rapport au précédent CPER.

 

Notons également que pour le volet consacré aux équipements de recherche sur un montant de 8 Millions d’€, 675 000 € seront affectés à des soutiens de programme au profit de l’école des Mines de Nantes pour le financement d’ingénieurs et de doctorants. Cela semble un peu maigre sur 6 ans et est-il normal de ne pas étendre cette mesure à d’autres structures ESR de notre territoire… ?

 

Dans le récapitulatif des projets ESR dédiés à la recherche, nous notons un soutien aux actions de ONIRIS, notre institut vétérinaire de recherche appliquée pour la partie biologie santé, un soutien à Factory, l’usine du futur pour ce qui est de la mécanique, des matériaux ou encore un soutien au domaine des biotechnologies marines ou en faveur de la planétologie. Cette énumération prouveque notre territoire est riche dans sa diversité dans les domaines de l’enseignement et de la recherche. Nous en sommes fiers mais cela implique que nous mettions tous les moyens nécessaires pour atteindre les meilleurs niveaux.

 

Aussi nous regrettons que l’enjeu de la recherche fondamentale ne soit pas davantage encouragé par notre Métropole. Nous pensons qu’elle doit trouver sa place au cœur de l’engagement de Nantes Métropole en faveur du volet ESR dans le cadre du  nouveau contrat plan État-Région. En effet, sur notre territoire nous avons d’excellentes équipes de chercheurs, d’enseignants, de scientifiques, d’ingénieurs et de techniciens. Nous devons tout faire pour les attirer, les conserver et les aider à développer par la suite des recherches appliquées et des industrialisations.

 

Ce sont des acteurs majeurs pour la notoriété de tout le grand ouest et pour l’emploi. Il faut leur donner plus les moyens. Sans recherche fondamentale rien n’est possible.  Nantes Métropole doit aller plus loin qu’elle ne le fait aujourd’hui pour muscler ses actions en direction des chercheurs publics et privés de notre territoire. Nous avons là un axe d’amélioration de la politique ESR de notre métropole sur lequel avancer et qui nous permettra de gagner en visibilité européenne et internationale.

 

Malgré ces remarques, et pour marquer nos fortes attentes en ce qui concerne le développement de l’aide en faveur de la recherche fondamentale, nous voterons bien sûr cette délibération.

 

Campus Nantes – Convention  à conclure avec l’université de Nantes

 

Lors du conseil communautaire du 27 juin 2014, nous avions déjà eu l’occasion d’échanger sur les enjeux de Campus Nantes, le schéma de développement de l’enseignement supérieur et de la recherche métropolitain. Ainsi, après avoir posé les bases de ce schéma à travers sa délibération cadre, nous avons aujourd’hui l’occasion d’échanger et de nous pencher ensemble sur la convention à conclure avec l’Université de Nantes.

 

Il s’agit pour Nantes Métropole de définir ses axes d’intervention et de soutien à l’université pour les 3 années à venir jusqu’en 2017.

 

Parmi les axes stratégiques tirés des priorités partagées dans le cadre de Campus Nantes nous tenons à en souligner trois :

 

  • En premier lieu, l’expression d’une volonté d’améliorer la réussite des étudiants et leur insertion professionnelle

  • Deuxièmement, l’intention d’accompagner l’essor de l’entrepreneuriat étudiant

  • Et enfin, l’objectif d’améliorer les conditions de la vie étudiante.

 

L’un de ces 3 axes intègre-il des actions pour favoriser le parcours de nos étudiants à l’étranger s’ils souhaitent, par exemple, effectuer un stage à l’étranger ou enrichir leur cursus en le complétant de cours qu’ils pourraient suivre dans une grande école ou une université étrangère ? Nous savons accueillir les étudiants et chercheurs étrangers, ce qui est très important, mais il faudrait aussi être en mesure de faciliter les démarches de nos étudiants pour leur ouvrir des opportunités en Europe ou à l’international.

 

Cela représenterait aussi une façon de rayonner, d’échanger, et d’étendre la renommée et la notoriété de notre territoire et de notre campus. Cela pourrait également permettre de donner des atouts supplémentaires à nos étudiants en vue de leur insertion professionnelle. Nous vous proposons de porter l’ambition pour Nantes Métropole de s’extraire de son statut de challenger  face à des métropoles mieux identifiées tout en étant plus pro active vis-à-vis des attentes des étudiants.

 

Comme il s’agit de bâtir un campus à forte renommée européenne et internationale, cela pourrait aussi faire partie de la stratégie d’attractivité et de notoriété évoquée page 6 de la convention Campus Nantes/Université.  Des actions sont-elles prévues en ce sens ? Et pouvez-vous nous en dire plus sur la constitution du réseau d’ambassadeurs évoquée dans le cadre de l’axe stratégique « attractivité internationale » ?

Please reload

Mes actualités récentes
Please reload

Archives