2019 © Joël GUERRIAU, Sénateur de Loire-Atlantique

Prévisions de croissance : la fin d’un faux suspense

21/02/2013

François Hollande a mis fin à un mauvais vaudeville en annonçant que la France allait réviser ses prévisions de croissance à la baisse.

 

Alors que Laurent Fabius prenait tout le monde de court, y compris Pierre Moscovici, en annonçant que les prévisions de croissance seraient revues à la baisse, le Président de la République vient d’annoncer d’Athènes que la France allait finalement abandonner l’objectif de 0,8% de croissance pour 2013, désavouant ainsi son Premier ministre qui tentait de voler au secours du ministre de l’économie et des finances.

Au-delà du ridicule de ce couac supplémentaire à mettre à l’actif du gouvernement, cette annonce vient mettre fin à un faux suspense : penser atteindre une croissance de 0,8% en 2013 était a priori irréaliste, c’est devenu mission impossible avec l’augmentation démesurée de la fiscalité pesant sur tous les moteurs  de l’économie décidée par la majorité depuis son arrivée au pouvoir.

Dans l’hypothèse où les prévisions de croissance seraient abaissées à 0,2 ou 0,3%, ce sont 5 à 6 milliards qui manqueront au budget de l’État pour atteindre les objectifs de réduction des déficits publics que la France s’est fixés. Le gouvernement ne peut se contenter du statu quo : notre crédibilité auprès de nos partenaires européens, des marchés et surtout l’emploi de milliers de Françaises et des Français sont en jeu.

Alors que les entreprises et les ménages sont pris à la gorge par la politique fiscale du gouvernement, l’Union des Démocrates et Indépendants estime essentiel que le gouvernement prenne enfin les décisions courageuses qu’il a jusqu’ici retardées.  Il doit d’urgence présenter un plan d’ampleur pour s’attaquer véritablement à la réduction des dépenses publiques.

Please reload

Mes actualités récentes
Please reload

Archives