2019 © Joël GUERRIAU, Sénateur de Loire-Atlantique

Communiqué de Presse

20/06/2012

L’Union européenne n’a pas à gaspiller son budget pour empiéter sur les compétences du Conseil de l’Europe

Le sénateur de Loire Atlantique, Joël Guerriau appelle l’Union européenne à plus d’exemplarité budgétaire
plutôt que de multiplier les structures coûteuses qui doublent les activités du Conseil de l’Europe

 

 

Jeudi 28 juin 2012

Alors que l’Europe traverse une crise budgétaire sans précédent, le sénateur Joël Guerriau, membre de la commission des affaires européennes, a souhaité faire connaitre son mécontentement au Conseil de l’Europe à Strasbourg au sujet de l’empiétement croissant de l’UE sur les compétences de cette institution.

Si l’UE doit porter les valeurs de la démocratie et des droits de l’homme, elle n’a pas à absorber purement et simplement le Conseil de l’Europe qui remplit parfaitement sa mission.

Or, depuis quelques années, l’Union européenne a multiplié, à un degré sans précédent, le doublon des activités du Conseil de l’Europe sur tous ses sujets : Agence des droits fondamentaux, fonds européen pour la démocratie, création d’un « partenariat pour la démocratie et une prospérité partagée avec le sud de la Méditerranée » ou encore l’assemblée parlementaire Euronest. Derniers avatars de cette politique systématique : le développement des services du Haut représentant dans le domaine des droits de l’homme pour l’Union et, aujourd’hui, l’annonce de la création d’un représentant spécial de l’UE en charge des droits de l’homme.

Alors que tous ces dédoublements de structures n’ont aucune raison d’être, ils ont un coût. 20 millions d’euros pour l’Agence des droits fondamentaux de Vienne. Dix fois plus que le budget du commissaire aux droits de l’homme du Conseil de l’Europe. Et 40% de plus que celui de toute l’Assemblée parlementaire du Conseil. Le nouveau commissaire de l’Union aux droits de l’homme représentera aussi un coût de structure.

L’Europe reproduit le mille-feuilles administratif qu’elle conteste à la France. A l’heure où l’euro est menacé par des politiques budgétaires laxistes et où l’UE multiplie les appels à la rigueur budgétaire, cette politique est des plus choquantes et des plus incompréhensibles.

Please reload

Mes actualités récentes
Please reload

Archives