Chute du prix du blé

Lors des questions orales sans débat, j’ai attiré l’attention de M. le ministre de l’agriculture, de l’alimentation, de la pêche, de la ruralité et de l’aménagement du territoire sur la chute du cours mondial du prix du blé.

Je lui ai rappelé qu’une des missions essentielles assignées par le traité de Lisbonne à la politique agricole commune (PAC) consistait à « assurer un niveau de vie équitable à la population agricole, notamment par le relèvement du revenu individuel de ceux qui travaillent dans l’agriculture, stabiliser les marchés et assurer des prix raisonnables dans les livraisons aux consommateurs » et que des lignes de crédit européennes étaient prévues en cas de crise d’un secteur agricole. Je tenais à rappeler la démoralisation généralisée des agriculteurs qui ne peuvent plus prévoir les investissements car ils n’ont plus de lisibilité économique. D’autant que l’Union européenne est actuellement en discussion avec l’Ukraine pour un accord de libre échange qui porterait sur un total d’environ 2 millions de tonnes de céréales (blé, orge et maïs). Les nouveaux exportateurs de l’est font du dumping économique et social et bradent les prix.

Je lui ai demandé de me préciser comment le ministère entendait s’organiser pour mettre à disposition des moyens suffisants pour remplir l’ensemble de ses obligations et plus particulièrement à destination directe des exploitants indépendants particulièrement touchés.

Cette question est en attente de réponse du Ministère de l’agriculture, de l’alimentation, de la pêche, de la ruralité et de l’aménagement du territoire.

Mes actualités récentes
Archives
Les articles par thème
Suivez-moi
  • Facebook - Grey Circle
  • Twitter - Grey Circle
2020 © Joël GUERRIAU, Sénateur de Loire-Atlantique