2019 © Joël GUERRIAU, Sénateur de Loire-Atlantique

Jean Vintzel – L’association sportive et culturelle, élément majeur du lien social et de l’animation territoriale

13/04/2011

Le vendredi 8 avril 2011, j’ai accueilli, avec les co-fondateurs de Caf’idées, Jean Vintzel, président général de la Fédération sportive et culturelle de France (FSCF), venu nous parler de ce type d’associations comme élément majeur du lien social et de l’animation territoriale.

 

Celui qui est aussi (, entre de nombreuses autres responsabilités,  administrateur du Comité national olympique et sportif français a présenté une image des relations entre collectivités territoriales et associations telle qu’elles sont, selon lui, et telles que l’autodidacte qu’il est souhaiterait qu’elles soient.

Une force de 1.100.000 associations représentant quatorze millions de bénévoles et un million d’emplois équivalents temps plein, le tout générant cinq milliards d’euros par an, n’est pas à prendre à la légère. Notre loi de 1901 sur la liberté d’association est enviée mais fait, qu’à un certain niveau, il y a parfois un souci de communication entre les municipalités, ou les départements et régions, et les dirigeants d’associations.

En effet, selon Jean Vintzel qui parle en homme de terrain, les volontaires, ceux qui prennent en mains les associations, ont de temps à autres un manque de compétences et, de ce fait, de crédibilité tant vis-à-vis des parents que des municipalités. Si la partie administrative est assez facile à acquérir, de même que la partie technique ou éducative, la partie comptable à grande échelle et la partie politique – et non politicienne- est un manque certain. Il faut professionnaliser l’amateurisme tout en restant volontaire ou bénévole. La formule de formation reste à trouver.

Jean Vintzel a encouragé les élus à faire valoir l’aide en nature qu’ils apportaient en plus des subventions. Désormais aucune aide n’allait de soi, étant donné son coût, et que la présentation de projet, plutôt que les effectifs, devait être le critère d’attribution d’aide. Les associations devraient aussi trouver des financements privés, sous formes de parrainage ou de mécénat.

Il a conclu que le milieu associatif se portait bien, qu’il était une communauté de personnes très vivante mais que le manque de confiance en soi faisait fuir les responsabilités. Ce manque de confiance devrait être comblé par une formation des dirigeants associatifs et que ceux-ci devraient penser à des partenariats public-privé. Malgré toutes ces difficultés managériales et administratives, les associations sont au cœur des valeurs humanistes.

La FSCF

Jean Vintzel est à la tête d’une fédération qui compte 16 ligues régionales, 70 comités départementaux, près de 2.000 clubs affiliés, 220.000 licenciés environ et 500.000 membres.

Please reload

Mes actualités récentes
Please reload

Archives