2019 © Joël GUERRIAU, Sénateur de Loire-Atlantique

14 juillet : fête nationale

18/02/2011

Depuis la disparition de la garnison de Nantes, le 30 juin 2010, le lien armée-nation, hérité de Valmy, a perdu l’une de ses représentations les plus visibles au sein de la population de l’agglomération nantaise.

 

Résumer désormais la fête nationale à un bal et un feu d’artifice est faire fi de plus de deux cents vingt ans d’histoire de France. J’aurais pour ma part préféré le 4 août, l’égalité, mais c’est le 14 juillet, la liberté, qui a été retenu comme date de la fin de l’absolutisme et de la naissance de notre démocratie moderne.

Ayant pu apprécier, à Porthcawl, lors de la célébration du 60e anniversaire du Débarquement, la façon dont la population prenait part à un événement national, je pose la question de la représentation de notre fête nationale au XXIe siècle. Cette manifestation avait pris la forme d’une fête du souvenir et à la fois d’une fête de l’avenir. Souvenir d’abord avec un hommage à toutes les victimes de guerres, en présence des anciens combattants, jeunes et moins jeunes, des cadets, représentant la relève de l’esprit de défense. Avenir ensuite, avec un défilé, devant les citoyens venus nombreux, de tous les corps constitués et des associations de la commune.

Alors, une manifestation patriotique diront certains ? Je dirais plutôt la volonté de dimensionner une communauté, de l’étoffer au sens propre, de lui donner de la consistance, de la texture. Assembler les enfants, les adolescents, les adultes, les seniors, au travers des écoles, clubs sportifs, associations, n’a-t-on pas là la représentation nationale ?

Les habitants, sur les trottoirs, applaudissaient puis suivaient le défilé jusqu’à un point de ralliement. Se pourrait-il que ce soit l’Hôtel de ville et qu’on y lise la Déclaration des droits de l’homme ? C’est en tout cas aux citoyens d’en décider car on ne pourra pas les fédérer autour des trois couleurs mises côte à côte pour marquer les tendances de la nation s’ils ne veulent pas s’approprier ce jour. 
Les instances participatives de Saint-Sébastien-sur-Loire, et tous les habitants qui veulent s’y associer, devraient réfléchir à donner un sens à la fête nationale dans leur ville. C’est un point important du devoir de mémoire.

Please reload

Mes actualités récentes
Please reload

Archives