Nantes Métropole : débat d’orientation budgétaire 2011

16/02/2011

Nul ne peut nier la fragilité des finances de la communauté urbaine dans le contexte de mise en place de la réforme de la taxe professionnelle. Il nous faut donc rechercher de nouvelles recettes, s’autofinancer le plus possible et restreindre encore nos dépenses de fonctionnement, afin de garantir notre niveau d’investissement.

 

Nous ne devons pas tout attendre de l’Etat. Nous devons compter le plus possible sur nous-mêmes et nos ressources propres, maîtriser nos dépenses de fonctionnement que nous n’avons pas suffisamment su maîtriser, et simplifier nos structures.

Pour cela, Il faut revoir totalement la valeur locative des entreprises afin de pouvoir imposer équitablement, sur Nantes Métropole, le foncier de leurs bâtis. Nous devons réduire les subventions, contenir la masse salariale et limiter dans les SEM les salaires qui sont bien supérieurs à ceux des cadres du privé à responsabilité équivalente.

Notre politique immobilière doit nous pousser à rationaliser les sites afin de réduire les coûts de gestion et de fonctionnement et les frais induits (énergie, transports, délais, etc.).

Du fait de son importance grandissante, nous attendons que la politique « transports » fasse l’objet d’un budget annexe « transports publics » que le président de NM a promis pour 2011 et appelé de ses vœux par la cour régionale des comptes.

Les cadres, dont les projets doivent être étalés dans le temps, devraient se voir confier un contrôle de gestion, des études partagées, des analyses économiques et une recherche d’économies sur les programmes dont ils ont la responsabilité.

En cette période difficile financièrement, nos trois grandes priorités doivent être le logement, l’emploi et les déplacements, dans un principe fondamental de développement durable. Mais n’oublions pas de conforter l’attractivité du territoire pour attirer des capitaux et des entreprises et obtenir une reconnaissance et une lisibilité internationales.

Nous attendons, pour le budget prévisionnel 2011, des mesures pour récupérer un taux d’endettement acceptable tout en continuant à assurer un service public de haut niveau. Nos concitoyens sont de plus en plus contraints et il ne faudrait pas que la pression fiscale sur les ménages soit accrue.

Please reload

Mes actualités récentes
Please reload

Archives