Le CHU de Nantes ici, là ou ailleurs ?

Le 18 juin 2010, je faisais part de ma réflexion sur l’implantation d’un nouveau CHU sur l’Île de Nantes ([voir l’article|/post/R%C3%A9organisation-du-CHU-de-Nantes]). Où en est-on aujourd’hui ?%%% La nécessité d’un nouveau CHU vient du fait que les nouvelles pratiques modifient la prise en charge des patients et appellent une nouvelle organisation de l’hôpital. D’un côté les actes chirurgicaux sont aujourd’hui moins invalidants et permettent une sortie plus rapide. De l’autre, beaucoup de moyens sont mis en œuvre : laboratoires, matériels, surveillance, etc., toutes choses onéreuses qui ne peuvent être multipliées à l’envie. De plus la mise aux normes des bâtiments actuels n’est pas toujours possible, tellement le décalage est grand entre l’existant et l’exigé. La concurrence entre les cliniques privées et l’hôpital public est une réalité et les patients sont en droit d’exiger la même attention en termes d’hôtellerie et de qualité de soins partout où ils vont. Le CHU est, comme sont nom l’indique, universitaire, et donc attaché aux facultés de médecine et de pharmacie. Il est aussi un temple de la recherche et Nantes est très bien placé dans nombre de domaines.%%% __Les arguments pour l’Île de Nantes__%%% Reprenons les arguments avancés par les professionnels de santé concernés. Conserver la proximité avec les étudiants et les laboratoires de recherche et conserver l’usage des bâtiments les plus récents du front de Loire pendant un certain temps. D’un côté à l’autre du bras de la Madeleine, la Loire serait vite franchie.%%% Conserver la proximité avec le pôle logistique de l’hôpital Saint-Jacques est un argument de poids dans la mesure où le Logipôle est récent et couvre la blanchisserie, la fabrication des repas, le stockage et l’approvisionnement des produits de santé et des fournitures générales. Une autre implantation du CHU requerrait de doubler cette unité. %%% Rester à l’intérieur du périphérique où vit la majorité des patients. L’accessibilité pour les consultants et les visiteurs est garantie par les transports en commun actuels et à venir. Les ponts sont aussi plus nombreux maintenant pour accéder à l’Île de Nantes tant pour les Nantais que pour ceux qui viennent de la Loire-Atlantique et des départements voisins.%%% __Les arguments pour une implantation au Nord-Ouest__%%% Faire franchir de nombreuses fois quotidiennement le bras de la Madeleine par des coursiers et des étudiants n’est pas pour diminuer l’encombrement des rues et la pollution. %%% Les activités couvertes par Logipôle peuvent être privatisées et extériorisées. Aux entreprises de gérer les flux Sud-Loire et Nord-Loire. Car enfin ce ne sont pas des spécialités médicales et les entreprises françaises savent très bien fabriquer, nettoyer toutes sortes de choses très spécifiques dans des domaines de haute technologie, de sûreté ou alimentaires.%%% Le Cyclotron Arronax est le plus puissant accélérateur de particules d’Europe dédié à la lutte contre le cancer. En service au CHR Nord depuis 2008, il est un élément phare de la recherche.%%% Si les visiteurs peuvent prendre le temps de se rendre sur l’Île de Nantes par les transports en commun, les consultants et les véhicules de secours ne peuvent se payer le luxe d’être pris dans les embouteillages emblématiques menant aux ponts. %%% L’atlas des zones inondables de 2007 fait apparaître que l’Île de Nantes est partiellement inondable. Comment peut-on évacuer, en plus des personnes, des machineries hors de prix ? Comment peut-on remettre en service rapidement des blocs opératoires et des chambres quand on sait qu’en temps normal les causes des maladies nosocomiales sont déjà dures à éradiquer ? Ne pas avoir, pour cette simple raison, de site unique est une garantie de continuité de service.%%% __Le Budget__%%% Dans tous les cas, des sommes extrêmement importantes seront nécessaires et il n’est pas question de continuer à faire de la rénovation et du bouche-trou au centre de Nantes. Pour ma part je ne suis donc pas convaincu qu’un seul site soit justifiable, là n’est pas forcément la source de toute économie. Tout ce qui tourne autour des blocs opératoires, y compris les laboratoires, peut former un pôle, tout ce qui tourne autour de la recherche, des traitements et séjours longue durée peut en former un autre. En d’autres termes, l’urgence et le reste. Dans ce cas il faudrait peut-être trier mieux les admissions par la création de dispensaires, mais cela est un autre débat. Enfin la logistique doit elle être du ressort du système ? Je ne le pense pas.

Mes actualités récentes
Archives
Les articles par thème
Suivez-moi
  • Facebook - Grey Circle
  • Twitter - Grey Circle
2020 © Joël GUERRIAU, Sénateur de Loire-Atlantique