Faut-il rendre les œuvres d’art étrangères ?

Des pays réclament aujourd’hui des œuvres d’arts exposées dans les pays occidentaux. Les formidables collections de nos grands musées parisiens ont été créées à une époque où il était naturel de piller les pays colonisés ou simplement envahis. Les missions françaises ethnologiques et archéologiques ont pourvu nos collections nationales avant la décolonisation, ce qui était parfois des vols manifestes qui restent à réparer. La France a commencé à rendre certaines pièces acquises de façons très douteuses. %%% Cependant des arrangements au cas par cas doivent être établis avec les pays d’origine, selon l’œuvre et selon les circonstances de sa sortie du pays. Qui est le mieux placé pour la conservation, la mémoire de la culture sera-t-elle enrichie, peut-on se partager les nombreux exemplaires ? Des échanges équilibrés sont peut-être de meilleures solutions, ce qui nous impose d’aider à créer des musées dans les pays partenaires.%%% Et puis il y a l’ouverture récente des annexes de grands musées français dans les riches pays de la péninsule arabique. N’y a-t-il pas un risque de chantage qui aurait comme base un mécénat en France contre les plus belles œuvres exposées là-bas, privant ainsi nos concitoyens de richesses culturelles ?%%% Au-delà, il y a aussi un risque de mimétisme pour les régions françaises qui pourraient bien être tentées de réclamer aux musées parisiens des œuvres d’arts caractéristiques de leur province d’origine. Si la demande était dans ce cas légitime, il faudrait l’admettre aussi pour les pays étrangers et considérer d’aller voir les artefacts là où ils ont vu le jour.

Mes actualités récentes
Archives
Les articles par thème
Suivez-moi
  • Facebook - Grey Circle
  • Twitter - Grey Circle
2020 © Joël GUERRIAU, Sénateur de Loire-Atlantique