Auguste Hervouet, 1914-1918

Pour ne pas oublier son ancêtre vendéen, mort en 1952, sa petite-fille sébastiennaise Gisèle Morio, avec d’autres descendants, a décidé de publier un récit des années de guerre. Le carnet du grand-père conduit le lecteur jusque sur le front d’où il reviendra miraculeusement. Intitulées « Harcelés par une pluie de fer et de feu… », ses notes éveillent enthousiasme et étonnement. Enthousiasme parce que la famille se penche avec curiosité sur la région des batailles et sur cette période dont le grand-père n’a jamais parlé. Etonnement parce que Auguste n’avait fréquenté l’école que de l’âge de 7 ans à 11 ans, ce qui ne l’a pas empêché d’avoir soif d’écrire au milieu de l’enfer.%%% La famille a resserré ses liens autour de l’un de ses membres disparu et a fondé une association pour faire œuvre de mémoire. L’Association des descendants du poilu Auguste Hervouet (ADEPAH) s’est faite éditrice et donne d’autres informations sur [www.memoiresdunpoilu.com|http://www.memoiresdunpoilu.com/].%%% En vente sur le site et à la papeterie Ribard, 20 rue Maurice Daniel à Saint-Sébastien-sur-Loire, au prix de 13 €.

Mes actualités récentes
Archives
Les articles par thème
Suivez-moi
  • Facebook - Grey Circle
  • Twitter - Grey Circle
2020 © Joël GUERRIAU, Sénateur de Loire-Atlantique