Aéroport de Notre-Dame-des-Landes – Un « Accompagnement des territoires concernés… » ???

Trois Assemblées délibérantes : Conseil Régional, Conseil Général et Nantes Métropole se réunissent aujourd’hui pour débattre du même sujet « L’Aéroport du Grand Ouest à Notre-Dame-des-Landes ». Cette décision de trois instances pose des difficultés dans la gestion du débat démocratique. Quelles sont les raisons à l’origine de ce choix ? Dix conseillers Généraux : deux pour Démocratie 44 et huit pour votre majorité siégeant à Nantes Métropole. Six Conseillers Communautaires sont également Conseillers Régionaux. Je regrette aussi que l’avenir de l’actuelle plate-forme de Nantes Atlantique soit si peu détaillé dans ce rapport, seulement quelques lignes à la page 14…et aucune mesure annexée. Pourtant à plusieurs reprises, vous utilisez les termes « Accompagnement des territoires concernés… » ; Mais vous évoquez insuffisamment l’aéroport actuel. Ce site aura pourtant besoin d’être accompagné. Quelles sont les intentions du Conseil Général à ce stade ? Quelles pistes de réflexion ? Quelles orientations tout au moins pour un site situé en plein cœur de l’agglomération ? Pouvons-nous envisager de lancer un débat avec l’ensemble des acteurs concernés pour entamer la réflexion sur cette question, qui est primordiale pour l’avenir de la métropole ? N’attendons pas que Nantes-Atlantique ne soit plus en fonctionnement pour se poser la question du devenir du site, et du développement économique du Sud Loire. Je pense que le Grand Ouest a besoin d’une plate-forme aéroportuaire internationale pour pérenniser son développement économique car il n’y aura pas de grande métropole en bordure de l’océan, à l’extrême ouest de l’Europe, sans aéroport international. L’Industrie comme l’Enseignement Supérieur et la Recherche, qui contribuent à la création et à la présentation d’un tissu de PME – PMI très riche, ont besoin d’un nouvel équipement aéroportuaire. Les technologies évoluent très vite : déjà se généralisent les gros porteurs, les économies de carburant voire des énergies de substitution. Nous devons donc favoriser la recherche et le développement. Quels que soient l’avenir du transport aérien, national et international, et les capacités de développement de l’aéroport Nantes-Atlantique, son transfert est, depuis de nombreuses années, devenu nécessaire. Pour d’évidentes questions de sécurité et de nuisances, bruit, risques d’accidents, attentats, le survol en phase d’atterrissage d’une agglomération de bientôt 600 000 habitants pose problème. A ce propos, les questions d’environnement sont un aspect essentiel du dossier. Nous approuvons que le projet retenu minimise les impacts environnementaux et les mouvements au sol des aéronefs, vise l’obtention du label Bâtiment Basse Consommation et prévoit un bilan énergétique positif ; toutes choses impossibles, sans d’importants investissements, à Nantes-Atlantique. Cet aéroport de Notre-Dame-des-Landes nous est donc présenté comme répondant aux toutes nouvelles technologies de l’aéronautique et du développement durable. Ce dossier exige que nous prenions des engagements : le respect de l’environnement mais aussi la question des liaisons routières et ferrées et des dessertes en transports collectifs, l’application de mesures compensatoires pour les agriculteurs, l’utilisation prioritaire de main d’œuvre locale pour le chantier et, par la suite en exploitation, la pérennité des activités aériennes, de Nantes-Atlantique liées à Airbus, et non aéronautiques de la zone D2A, ainsi que la demande d’emploi dans tout le Sud Loire.

Mes actualités récentes
Archives
Les articles par thème
Suivez-moi
  • Facebook - Grey Circle
  • Twitter - Grey Circle
2020 © Joël GUERRIAU, Sénateur de Loire-Atlantique