2019 © Joël GUERRIAU, Sénateur de Loire-Atlantique

Robert Maura, le peintre

01/12/2009

Nous avons inauguré vendredi dernier la très belle exposition des œuvres de Robert Maura à l’Hôtel de Ville de Saint-Sébastien-sur-Loire. Plus de 150 personnes ont assisté à cet événement. Dans mon discours, j’ai insisté tout particulièrement sur les qualités humaines d’un artiste profondément attaché à la Loire :

Robert Maura, le peintre Mon cher Robert, cela fait 66 ans que tu peins. Au cours de ta vie, tu as exposé dans de nombreuses galeries prestigieuses. Et c’est aujourd’hui la 3e fois au cours de mes mandats que tu nous fais le plaisir et l’honneur d’exposer dans notre Hôtel de Ville. Chaque fois, c’est avec un vif plaisir que nous t’accueillons. Cette fois-ci, tu nous proposes une exposition en 2 volets : une rétrospective de ton travail sur plusieurs décennies, ainsi que des aquarelles toutes fraîches sorties de ton atelier. Et l’on voit bien que l’âge et l’habileté acquise à force de travail n’enlèvent aucune spontanéité à ton trait. Tes dernières aquarelles sont toujours l’œuvre d’un jeune homme amoureux de la vie, de la nature, des ciels et de l’eau. L’œuvre d’un jeune homme impatient de capter la beauté des choses pour nous la restituer avec force, pour la partager avec nous. Robert, ton travail porte aussi la marque d’un homme qui sait regarder derrière l’apparence des choses pour en révéler l’essence et le mystère. Chacun, au cours des semaines prochaines, pourra apprécier cette magie que tu nous proposes. Et cette exposition est sans aucun doute un des moments très forts de nos saisons culturelles. Robert Maura, l’homme de Loire Bien sûr, le talent de Robert Maura lui permet de peindre et de transfigurer tout ce que son œil saisit. Mais là où il rayonne encore plus, à mon sens, c’est lorsqu’il s’attache aux paysages de son environnement immédiat : la Loire, l’Erdre, la Sèvre et l’océan de cette Loire dite « Atlantique ». De ce pays qu’il hante depuis son enfance, Il a peint tous les paysages, les sites, les ruelles, les ciels changeants, les silhouettes des hommes et des femmes d’ici. Partout en Loire-Atlantique l’eau est présente. C’est d’ailleurs le département le plus « aquatique » de France. La Loire et ses affluents –l’Erdre, la Sèvre…-, les marais, la Grande Brière, le lac de Grandlieu, la mer… : notre superficie compte presque autant d’eau que de terre. Et le parallèle est facile : l’aquarelle, cet art d’utiliser l’eau, était fait pour toi Robert. Tu y excelles, tu résumes, tu concentres, tu dilues, tu exprimes nos paysages avec une sensibilité aussi infinie que la variété des teintes de nos ciels se mélangeant à l’eau. L’éditeur d’un livre de photos récent consacré à la Loire écrivait dans sa préface : « … le Grand Fleuve n’est pas perdu pour tout le monde. Il compte encore une poignée de passionnés qui multiplient les rencontres conviviales autour de leurs futreaux, gabares et toues. Ils se rassemblent dans les petits ports, parlent haut, boivent frais. Je parle là des vraies fêtes de Loire : celles de Montjean, La Possonnière, Le Thoureil, Saint-Sébastien-sur-Loire… et pardonnez-moi si j’en oublie… Dans ces fêtes tout se termine en solides mangements… Ces passionnés maintiennent allumée, vaille que vaille, la flamme de la batellerie et des vraies fêtes populaires…. La Loire m’a permis de rencontrer des hommes et des femmes solides, libres, honnêtes et enthousiastes, des humains « debout ». » Cette fréquentation du fleuve me permet de développer librement une formule d’Antoine Blondin qui figurait en préface de la « Dame de Monsoreau » et que j’adapte à la Loire : « Je suis sûr qu’il faut recommander la fréquentation du Grand Fleuve à nos contemporains. On y fait en effet l’apprentissage de la gourmandise, de la simplicité, du courage et du sens de l’amitié… » Autant de vertus qui sont les tiennes Robert. Toi qui appartient à ce monde ligérien. Toi qui es curieux, gourmand, fraternel, épicurien. Toi qui aime puissamment le lieu qui t’a vu naître. Ce décor, naturel ou industriel, campagnard ou citadin, tu le chantes, tu le sublimes avec tes traits et tes couleurs. Certains vont très loin quêter leur inspiration. D’autres trouvent immédiatement le « génie du lieu » et passent ensuite une vie à le célébrer. Ils vont parfois ailleurs travailler sur le motif, pour se confronter à d’autres ambiances, d’autres couleurs, d’autres impressions, comme toi tu l’as fait en te rendant notamment à 6 reprises à Venise. Mais tu es de ceux qui reviennent vite au nid ! Mon ami Robert Maura Robert Maura est né à Saint-Sébastien-sur-Loire en 1934. Sa famille est sébastiennaise depuis des générations. De cette famille, tu as hérité la générosité, le sens de l’amitié, et surtout de la fidélité en amitié. Et c’est dans ce sens de l’amitié que tu puises ta volonté de partager le monde avec ceux qui regardent tes œuvres. L’artiste fait don de son regard aux autres : quel plus beau témoignage d’amitié et de confiance ! Je sais que tu as fait éditer quelques tirés-à-part de l’affiche de cette exposition. Ces tirés-à-part, tu envisages de les dédicacer et de les mettre en vente au profit d’une œuvre. Là encore, tu es fidèle. Fidèle à toi-même. Fidèle à ta sympathie pour le monde qui t’entoure. Enfin, je vous signale que parmi les œuvres exposées au rez-de-chaussée et au 1er étage, certaines sont la propriété de l’artiste, ou ont été prêtées par des collectionneurs, d’autres sont proposées à la vente. N’hésitez pas : acheter un Maura, c’est acheter un moment de bonheur ! Robert, tu nous enchantes. Avec tes tableaux, tu nous proposes chaque jour le pain de l’amitié. C’est avec plaisir que nous partageons ta table.

Please reload

Mes actualités récentes
Please reload

Archives