2019 © Joël GUERRIAU, Sénateur de Loire-Atlantique

Collège Iles de Loire : Intervention au Conseil Général

06/03/2009

Monsieur le Président, je partage les objectifs proposés dans cette délibération, en particulier le droit à l’éducation garanti à chacun, le droit à l’égalité des chances quelle que soit l’origine sociale, culturelle ou géographique des jeunes, le droit à la réussite des jeunes en difficulté. Mais mon adhésion est assujettie à l’obligation de faire ce qui est écrit dans ce rapport. Ces belles intentions doivent se traduire dans vos actes, sur le terrain, dans tous les cantons.

Depuis des années, j’interviens pour que notre assemblée prenne en compte la nécessaire restructuration du collège Iles de Loire qui date de 1968. Mes interventions nombreuses ont toujours été relayées par le principal du collège, les parents d’élèves et les personnels enseignants et administratifs. Je rappelle quelques spécificités de ce collège d’un effectif de 400 élèves : – c’est un acteur de mixité sociale : 40% des collégiens sont issus de familles défavorisées. – Il est remarquablement engagé dans l’intégration des enfants malentendants et accueille 10 élèves de l’institut de la Persagottière. – Il accueille aussi des élèves de la ligue régionale de football. – Les accès handicapés font partout défaut : dans les bâtiments administratifs, pour le premier étage du bâtiment d’enseignement… Il n’est pas acceptable que le Conseil Général ne respecte pas les obligations que lui fait la loi du 11 février 2005. – Le préau est beaucoup trop exigu. – Les salles de sciences sont tellement vétustes qu’elles rendent impossible les travaux pratiques des élèves. – Il n’y a aucun local pour les élèves et les parents. – Les sanitaires sont dans un état déplorable. – L’ancien réfectoire est inutilisable une grande partie de l’année. – Les locaux préfabriqués sont désaffectés et attendent leur destruction. – Cet état déplorable de l’ensemble des locaux entretient une très mauvaise image de l’établissement au sein de notre population. Et malgré ces nombreuses contraintes, en 2007 cet établissement se classait 3e du département pour la moyenne à l’écrit du brevet des collèges. Je félicite une nouvelle fois les équipes pédagogiques de ce collège qui font le maximum avec des moyens qui datent du siècle passé. Je suis à nouveau intervenu ici le 11 décembre 2006 pour rappeler l’urgence des travaux à entreprendre et je vous ai invité ce jour-là, M. Le Président, à venir sur place prendre la mesure de cette urgence. Vous avez délégué cette visite de terrain à Mme Claude Seyse, qui était alors la dynamique vice-présidente déléguée à l’enseignement et qui connaissait parfaitement ses dossiers. Le 6 février 2007, Mme Seyse, accompagnée de plusieurs techniciens de vos services, est venue sur place. Après une visite de l’ensemble des locaux, elle a tenue une réunion en présence de moi-même, du principal, de représentants des élèves, des parents d’élèves et des enseignants. Lors de cette réunion, en votre nom, après analyse de la situation par les services techniques du Département, Mme Seyse a annoncé la programmation de la restructuration lourde et complète de l’établissement et l’extension à 500 élèves de sa capacité d’accueil. Elle a dévoilé le phasage des travaux : démarrage des consultations courant 2007 pour une livraison en 2012-2013. En effet, l’étude que vous aviez commanditée à vos services concluait à l’impossibilité de reconstruire totalement le collège et à la nécessité d’un phasage de la restructuration pour éviter d’interrompre les cours. Lors de cette même réunion, il avait été convenu que les enseignants et les parents d’élèves seraient associés à cette restructuration et consultés régulièrement. Une Autorisation de Programme d’un montant de 11,6 millions d’euros a été votée lors de notre BP 2008. Le 3 mars 2008, dans un courrier adressé à la FCPE, vous annonciez que l’appel à candidature des concepteurs venait d’être lancé, et qu’une réunion du jury serait programmée pour la fin de l’année. En juillet 2008, j’ai appris que le principal du collège avait été informé par vos services que le phasage de la restructuration allait prendre du retard… Etonné de ne pas avoir été directement destinataire de cette information, je vous ai écrit le 23 juillet pour vous demander les raisons de ce retard. Je n’ai eu en retour aucune information précise. Aujourd’hui je découvre que vous proposez de reporter cette opération à 2017… Pourquoi pas en 2027 ??? Le constat d’une situation dégradée avait conduit à la nécessité d’une intervention urgente du Conseil Général. Pouvez-vous m’expliquer M. le Président comment avant une dizaine d’années cette situation pourrait s’améliorer ? Pourquoi le constat fait par vous même d’une urgence à intervenir n’est-il plus d’actualité ? Pourquoi les collégiens d’Iles de Loire ne bénéficient pas d’une égalité de traitement ? Nous ne pouvons pas nous contenter de travaux conservatoires. Le projet tel qu’il était envisagé doit être respecté. En effet, qu’est ce qui pourrait m’empêcher de penser que vous n’allez pas, l’année prochaine, une fois encore, repousser les échéances ? Je suppose que toutes les études que vous avez faites entre 2004 et 2008 étaient mûrement réfléchies, et que vos services ne changent pas leur diagnostic. En bref, que tout le temps passé et l’argent public consacré à ces études n’ont pas été investis en vain. Il est impossible que l’on renonce au projet tel qu’il a été établi. Sauf à m’expliquer que vos programmations de dépenses étaient erronées et qu’elles ne vous permettent plus de faire face à vos engagements. En 2017, les enfants actuellement en 6e auront plus de 21 ans. Bon nombre d’entre nous ne siègeront plus dans cette enceinte. Vous serez peut être à votre 5e mandat de président, à moins que vous ne souhaitiez faire porter par vos successeurs les promesses que vous n’aurez pas tenues. M le Président, en juin vous avez affirmé qu’aucun projet voté dans cette assemblée ne serait reporté. Lundi vous avez affirmé que le soutien à l’investissement était un moyen nécessaire pour répondre à la crise. Aussi je vous le demande solennellement : tenez vos engagements. Si tel n’est pas le cas, je me joindrai à la mobilisation légitime de personnes trompées par le leurre de votes antérieurs durement acquis. M. le Président, au nom des 400 collégiens d’Iles de Loire et de leurs parents, je vous demande de bien vouloir respecter l’inscription de 11,6 millions d’euros que nous avons votée en 2007 pour engager sans délai les travaux indispensables au bon fonctionnement du collège Iles de Loire. Nous attendons d’un président de conseil général qu’il nous habitue à la cohérence de ses promesses et de ses actes. Je suis certain que vous aurez à cœur de ne pas déroger à cette qualité.

Please reload

Mes actualités récentes
Please reload

Archives