Pour une politique réfléchie du logement

En 1995, année de notre élection, il y avait un peu plus de 7 % de logements sociaux sur la commune. Aujourd’hui, nous en sommes à 10 %. Ce qui correspond à plus d’un quart des logements réalisés : 260 logements sur 997. La ville et tout le monde le sait est très urbanisée, les exigences de la Loi SRU sont difficile à remplir puisque elles sont calculées en fonction du nombre de résidences et nous disposons d’un petit territoire : 1.165 hectares où le foncier est rare et vous le savez, tout ce qui est rare est cher. A chaque fois que cela a été possible, nous avons initié des constructions de logements sociaux bien au-delà des 20 % avec un seul objectif : rattraper ce taux tout en conservant un esprit de mixité sociale. D’ailleurs, depuis 3 ans, nous ne versons aucune pénalité au titre de la Loi SRU en raison de la politique volontariste que nous conduisons. Pour les opérations de constructions privées, malgré que nous ne disposions d’aucun outil juridique permettant d’imposer aux promoteurs la réalisation de logement sociaux, nous avons tout de même réalisés 40 logements sociaux dans 2 opérations. Pour nous, le nouveau PLU est un acte politique fort, puisqu’il va nous permettre d’augmenter de façon importante le parc social de la ville dans le court et moyen terme en respectant le principe de mixité sociale. Nous disposons enfin des outils réglementaire pour contraindre les promoteurs privés à faire du logement social. Par ailleurs, malgré le handicap du peu de foncier qui fut fortement consommé entre 1988 et 1994 par la réalisation de lotissements pavillonnaires, le PLU a permis grâce à un repérage très fin de déterminer 29 sites permettant d’accueillir du logement social intégré dans les opérations de logement. Notre programme de réalisation de logements sociaux fixe 4 orientations majeures : – Initier des petites unités dans les quartiers – Développer des logements d’insertion à gestion locative – Piloter des opérations de constructions en direction des faibles revenus, des primo-accédant, des jeunes et des personnes handicapées. – Réaliser une structure d’hébergement pour les personnes sans domicile. – A Saint-Sébastien-sur-Loire, il sera très difficile d’atteindre les 20 % réclamés par la Loi SRU

Mes actualités récentes
Archives
Les articles par thème
Suivez-moi
  • Facebook - Grey Circle
  • Twitter - Grey Circle
2020 © Joël GUERRIAU, Sénateur de Loire-Atlantique