2019 © Joël GUERRIAU, Sénateur de Loire-Atlantique

« L’Embarcadère » retour sur image

07/02/2007

Ca y est, « L’Embarcadère » a accueilli ses premiers spectateurs. Une nouvelle offre culturelle souffle désormais sur le sud Loire. Je vous propose un retour en arrière sur 12 années d’aventures qui ont abouti à la réalisation d’une salle municipale de spectacles et d’un complexe cinématographique.

C’est dès 1995 que ce projet nous a paru nécessaire. A l’époque, Saint-Sébastien-sur-Loire ne disposait plus de cinéma. En 1998, il y a déjà 9 ans… j’ai pris les premiers contacts avec la SOREDIC, société spécialisée dans la diffusion cinématographique et l’exploitation de salles.
En avril 2001, la Soredic présente pour la première fois son projet devant la Commission Départementale de l’Equipement Commercial. Cette Commission, par 4 voix pour et 3 contre, valide le projet de création d’un multiplexe de 12 salles comprenant 2 340 fauteuils.
Mais un recours est déposé par le Préfet de l’époque. Le 27 juin 2001, la Commission Nationale des Equipements Commerciaux annule la décision positive de la Commission Départementale.
La presse de l’époque, avec une grande clairvoyance, pointait du doigt la pression dont nous faisions l’objet, je cite : « Quand il s’agissait d’autoriser de nouveaux équipements culturels (entre autres) dans le nord Loire, personne n’est venu crier au déséquilibre. »
Nous repartons donc à zéro…
Nous avions à l’époque décidé la construction d’une nouvelle école municipale de musique. Nous souhaitions doter cette école d’un auditorium de 350 places. Mais nous nous heurtions à un double problème : le manque d’espace en centre ville et la hauteur de la structure.
C’est alors que j’ai proposé à la SOREDIC d’inclure une salle de spectacle communale dans le nouveau projet sur lequel elle travaillait
Ainsi, nous continuons à tenir bon et, en novembre 2002, la Soredic porte sa nouvelle proposition devant la Commission Départementale de l’Equipement Commercial. Celle-ci valide à une large majorité le projet d’un complexe cinéma de 1 800 fauteuils, incluant une salle municipale : 6 voix pour et 2 voix contre, dont celle de la Ville de Nantes. Mais, car il y a toujours un mais ! Contre toute attente, le Médiateur National du Cinéma, fonction créée quelques mois plus tôt par Madame Trautmann, Ministre de la Culture, dépose un recours contre notre projet au dernier moment, en janvier 2003.
Profitant de l’aubaine des difficultés qui sont les nôtres, le centre Leclerc de Basse-Goulaine s’empare de notre projet et annonce la réalisation d’un cinéma de moins de 800 fauteuils. Cela ne nécessite aucune autorisation préalable. 
C’est là que commence la fantastique mobilisation générale des Sébastiennais et des habitants du Sud-Loire. 35.987 pétitions seront signées pour appuyer notre démarche, et défendre la cause du cinéma et de la culture en sud Loire. Nous avions aussi, à l’époque, organisé une grande manifestation à l’endroit même où nous nous trouvons aujourd’hui. Nous avions même construit un mur pour marquer notre volonté farouche de faire sortir de terre notre projet. Des jeunes du Centre Social de la Fontaine étaient venus le tagger pour marquer leur soutien. Je garde un souvenir très ému de cette fête, et de l’esprit positif qui nous animait.
Dans cette période, nous avons été obligés de nous métamorphoser en chasseurs de mines. Nous avons organisé des visites auprès de plusieurs ministères et une rencontre à Nantes avec le nouveau ministre de la culture Jean-Jacques Aillagon. Nous sommes allés à Paris, en avril 2003, pour défendre notre dossier devant la Commission Nationale de l’Equipement Commercial qui l’approuva cette fois.
Vous pourriez croire que nous sortons des zones de turbulences… Mais nos voisins du Ciné Pôle Sud, sans le moindre scrupule, dépose un recours devant le Conseil d’Etat pour tenter de faire annuler la décision de la Commission Nationale.
Le Conseil d’Etat tranche en 2005… Il rejette ce recours et autorise la construction de Cinéville et de l’ « Embarcadère ».
2 février 2007 : fin d’une traversée de violentes tempêtes sur l’échelle de Beaufort, nous ouvrons « L’Embarcadère » et Cinéville !

Please reload

Mes actualités récentes
Please reload

Archives