2019 © Joël GUERRIAU, Sénateur de Loire-Atlantique

Dire en clair

03/10/2006

Lors de notre dernière réunion publique consacrée au Plan Local d’Urbanisme (27 septembre à l’Hôtel de Ville), nous avons un peu pêché par excès de connaissance de notre dossier. Nous avons employé trop de sigles et de termes incompréhensibles pour certains citoyens (Shon, Padd, Coefficient de pleine terre, etc.). Une dame nous l’a d’ailleurs fait remarquer très gentiment. Et je suis certain qu’elle a fait plaisir à tous ceux qui n’osaient pas lever la main pour demander des éclaircissements. Elle avait raison : les élus locaux utilisent de plus en plus les jargons naguère réservés aux seuls techniciens. Il y a le jargon de l’environnement et du développement durable, le jargon de l’urbanisme, celui des ressources humaines, de la fiscalité, de l’assainissement, du juridique, etc. Les techniciens sont bien sûr rompus au maniement des mots et sigles complexes de leurs métiers. Et les élus ont aussi pris l’habitude, dans leurs échanges réguliers avec ces mêmes techniciens, d’utiliser ces vocabulaires et sigles spécialisés. Le problème, c’est que devant le public, ces élus reprennent souvent ce langage obscur. Parfois pour masquer le fond de leur propos, parfois pour faire « connaisseur », parfois encore parce qu’ils « baignent » dans le sujet, et qu’ils oublient simplement qu’ils parlent à des non spécialistes qui ne les comprennent pas. Il faut que nous fassions l’effort de mettre nos discours techniques à la portée de tous. Chaque situation complexe, chaque dossier, doit trouver une traduction simple et accessible pour le citoyen. En ce qui me concerne, je m’y emploierai. Car il faut s’entendre pour se comprendre.

Please reload

Mes actualités récentes
Please reload

Archives