2019 © Joël GUERRIAU, Sénateur de Loire-Atlantique

Je suis né en novembre 1957 en Moselle.

 

Fils de cheminot,  j'ai poursuivi mes études universitaires en étant surveillant d'externat. Après un DEA d'économie monétaire et bancaire j’ai réussi des tests chez IBM pour accéder à une formation d'ingénieur informatique. Chef de projet au Crédit du Nord, j'ai obtenu mon Doctorat d'économie avec mention Très Bien à La Sorbonne. Puis Sous-Directeur de la Monétique du Crédit du Nord à 29 ans, j'ai intégré la Confédération Nationale du Crédit Mutuel comme sous-Directeur du Développement.

 

Directeur Central dès 1988, j’occupe successivement le poste de Directeur du Développement, membre du comité de direction générale des fédérations du Crédit Mutuel de Nantes et Angers, puis celui de Directeur du Réseau du Groupe de Nantes. A partir de 1996, je mets en place une direction Relations Clientèles. En 2005, toujours dans le secteur financier, je rejoins la Fédération Nationale des Caisses d’Epargne en tant que Directeur Général et vice-président mondial des caisses d'épargne qui regroupe 120 établissements bancaires dans 92 pays. J'ai également été membre du comité exécutif de carte bancaire.

 

Dans cette période, j’écris un certain nombre d’ouvrages sur la banque, l’investissement, la satisfaction client ou la stratégie et le merchandising bancaire.  J’ai aussi enseigné à HEC management et à l’université. J’ai aimé mon métier dans la banque. J‘ai toujours considéré que la banque avait un rôle certes économique, mais social et sociétal essentiel. J'ai créé Ecureuil Coopération International. Pour moi, à la banque, il n’y a pas de petits clients.

 

En 1992, je commence à écrire des livres pour enfants au profit d’œuvres caritatives et de projets humanitaires. Le terrible secret de Fergie la sorcière, publié aux éditions de la Duchesse Anne, et réédité, connaît un succès traduit dans plusieurs langues, il est repris en pièce de théâtre jouée notamment en Roumanie, en Turquie et en Chine. En 1993 je publie Fergie et la Mandragore. Les univers onirique et dépaysant nous portent à l’imagination et à l’imaginaire. En 2004, je publie Ici sera la paix un conte, hymne à l’ouverture et à la tolérance, nous invitant à un réapprentissage positif de notre perception du monde. La Longue Vue de Jules Verne , en 2005, est une fiction dont le célèbre écrivain est lui-même l'un des personnages, avec des anecdotes inédites et des aspects bien peu connus de la vie du romancier. En octobre 2012, c’est un conte de Noël, La mystérieuse disparition des rennes du père Noël, aux éditions d'Orbestier qui sera suivi de La Clef du Père Noël en 2013.

 

Ecrire pour les enfants demande un grande rigueur et beaucoup d’attention. Il faut écrire simple mais précis. C’est un exercice qui me permet de sortir d’un quotidien politique toujours dense, la respiration de l’écriture est pour moi nécessaire. Écrire pour les plus jeunes permet aussi de rappeler la part de l'enfant qui est en chacun de nous.

 

J'ai eu la chance d'apprendre la musique dès l'âge de six ans dans une harmonie SNCF et ainsi de passer avec succès une dizaine de concours. Amoureux de Jazz je joue surtout du saxo ténor et du Soprano en Big Band. 

 

Le sport a toujours été pour moi indispensable. Le Hand fut ma première activité sportive puis le karaté, l'aïkido, la boxe française. En quittant Paris je me suis passionné pour le squash pour être classé au niveau national l'année de mon élection comme maire. Maintenant je pratique régulièrement la plongée sous-marine en tant que dive master. La mer étant mon élément, j'aime naviguer avec un équipement de plongée toujours prêt. 

 

Mes fonctions professionnelles et ma soif de connaître le monde m'ont conduit à beaucoup voyager.

 

Mon engagement politique commence en 1995. Je suis élu maire de Saint-Sébastien-sur-Loire après une campagne difficile. Certains ne s’en sont toujours pas remis. C’est cela aussi la démocratie : l’alternance dans les responsabilités et le respect du choix souverain de la majorité.

 

Avec ma majorité, nous nous mettons au travail, dès le  lendemain de l’élection au service des habitants. Conseiller général de Loire-Atlantique de 1996 à 2011, je serai vice-président en charge du développement économique et des relations internationales. Je suis élu Président du Comité de Développement et Président de l'institut départemental des sourds de la Persagotière. 

 

Je suis officier dans l'ordre des palmes académiques du fait de mon implication dans l'enseignement et en particulier pour l'intégration des enfants sourds dans l'école publique. Là encore, l’expérience dans le secteur privé est un véritable atout pour développer des solutions innovantes et faire travailler ensemble les acteurs privés et publics dans l’intérêt du territoire.

Comme tous les maires de la Communauté Urbaine, j'en suis vice-président jusqu'en 2014.

 

J’ai été élu Sénateur de Loire Atlantique depuis septembre 2011 par une majorité de grands électeurs, c’est une immense fierté de représenter chacun des territoires au Sénat. Le mandat de sénateur est un mandat exigeant. Je crois qu’être parlementaire oblige à l’engagement, au travail, à la présence en commission et en séance : contrôler et faire la loi de la République ne sont pas une sinécure comme certains voudraient le penser. Je m’investis sur les textes qui impactent notre territoire et le pays.  Je n’ai jamais aimé le pantouflage… je ne comprends pas ceux qui aspirent à des mandats pour ne rien en faire après.

 

Politiquement, j’ai un fort attachement pour les valeurs du centre et du centre-droit. La richesse des idées, les valeurs humanistes et les propositions législatives novatrices portées par les formations du centre ont, pour moi, toujours constitué une contribution essentielle pour l’évolution de la société française tout au long de la Ve République.

 

Par ailleurs, je suis co-fondateur au niveau national de l’UDI (Union des démocrates et indépendants) avec Jean-Louis Borloo.

 

J’aime l’idée de l’équilibre, de l’action utile, de l'innovation. Je déteste l’arrogance et la violence inhérente au monde politique et du pouvoir. Je crois en l’intérêt général, je suis profondément démocrate et républicain et j’aime l’histoire de la France, sa culture, son universalisme.

 

Montesquieu résume mieux que moi ce qu’est à mon sens l’action politique :

« pour faire de grandes choses, il ne faut pas être un génie ; il ne faut pas être au dessus des hommes ; il faut être parmi eux ».

Parce qu’il est important lorsqu’on s’engage, de dire d’où l’on vient, j’ai voulu vous dire quelle était mon histoire. Non pas par narcissisme sans intérêt, mais pour vous dire ma vérité.

Ce que je suis, ce que je crois